Nov 2011

Le Quatrieme

Par Yves Rousseau

Avec son opus bouffonesque, l'irrévérencieux Red Bastard surfe sur la vague de la dérision et de l'humour politique cynique...

redbastard2

Crédit : Louis Longpré


Irrévérencieux, disgracieux, d'une hideuse beauté, grimaçant, rampant, rebondissant sur ses difformes attributs, mégalomane, fat, imbu, impertinent, démoniaque, scatologique, sale, gluant, bavant, crachant, éructant, désinhibé, le Red Bastard promène sa verve grotesque et impétueuse sur scène et dans les estrades, interpelant, haranguant, enquiquinant la foule en jouant toutes les notes de la symphonie de la gêne défiée, de la honte révélée, et du ridicule consommé.

Joyeusement perfide et séditieux, imprévisible, la créature sème une joyeuse et festive zizanie rigolarde et grivoise. Vous résistez, vous ne participez pas? Malheur à vous, vous passerez à la casserole, sous l'œil moqueur et
_jouissif de l'assistance.

redbastard1

Crédit : Louis Longpré


Si cette colorée gargouille réussi à briser toutes barrières, le texte est de façon surprenante socialement engagé et dénonciateur des errances démocratiques et autres paradoxes sociaux de nos voisins du sud : entre autres exemple, sur les caméras avec audio installées à profusion dans dans sa ville (NY), le monstre pourra s'exclamer qu'elles procèdent du plus grand principe démocratique, puisqu'elles permettront enfin à chaque citoyen de faire entendre sa voix...

L'occupation de l'espace et la gestuelle découle d'une évidente maîtrise avancée de l'expression corporelle, empruntant à la fois à la démarche sinueuse et insidieuse de la cauchemardesque créature démoniaque, et au ridicule potache d'une grosse autruche à bras. Le soir de la représentation, l'infortuné comédien se vit privé de sa combinaison rouge, et nous eûmes droit à la version supertrash du personnage, avec une combinaison en papier journal, section critique...

Vraiment un bon moment, la folie en liberté avec une grâce d'un grotesque raffiné, et subversif !

NDLR : la pièce est en anglais dialectal.
________________________________

Texte : Eric Davis et Sue Morisson
Comédien : Eric Davis